Share

La chloroquine : dernier espoir pour l’humanité contre la vague de coronavirus

Ces derniers mois ont été le témoin de l’assaut du coronavirus aux quatre coins de la planète. On ne parle plus d’épidémie, mais bel et bien une pandémie. En dépit de tous les efforts déployés par les organisations internationales, on en vient finalement à la chloroquine. Un médicament dont l’utilisation a été abandonnée il y a plus de 20 ans. Entre espoir et méfiance, les tests d’efficacité continuent.

 

La chloroquine : un médicament contre le paludisme

 

À l’origine, la chloroquine est un médicament utilisé pour lutter contre le paludisme. Sa première utilisation remonte à plus de 70 ans. Un médecin de l’Institut Hospitalo-Universitaire de Marseille vante les mérites du médicament. Effectivement, le coronavirus s’est dissipé en 6 jours de traitement sur 75 % des patients traités, contaminés par le virus. En réalité, la chloroquine est surtout prescrite pour lutter contre les maladies provoquées par les bactéries intracellulaires, des bactéries qui se multiplient dans les cellules àl’instar des virus. Ce qui explique donc l’efficacité de la formule sur le coronavirus.

 

Un traitement contre le coronavirus toujours à l’essai

 

Malgré ces récentes découvertes, notamment concernant l’efficacité de la chloroquine contre le coronavirus, le traitement à base de chloroquine reste encore à l’essai. En vérité, elle comporte des effets secondaires non négligeables, en particulier sur l’appareil digestif et le système cardiaque. Effectivement, certains patients qui prennent d’autres traitements en parallèle ne pourraient certainement pas le consommer pour se soigner d’une éventuelle contamination de coronavirus. Pourtant, les interactions médicamenteuses sont très courantes dans le milieu médical. Seulement, là où elles ne peuvent être ignorées, c’est que le virus profite de la moindre faiblesse des défenses immunitaires pour envahir le système organique. Voilà pourquoi on ne peut donc pas déterminer si la chloroquine est le traitement qui permettrait d’endiguer totalement cette pandémie.

 

La prévention : le meilleur traitement contre l’épidémie virale

 

 

On ne le répètera jamais assez : les antibiotiques ne sont pas efficaces contre les virus. Pire encore, ils peuvent affaiblir les défenses naturelles et faciliter la contagion. C’est pour cela que contre les épidémies virales comme le coronavirus, il n’y a rien de plus vrai que la prévention. Les règles d’hygiène doivent également être respectées.

Leave a Comment